mercredi 16 novembre 2005

Exposition de peinture à Paris (1er au 22 nov. 2005)

Tableau par Jun-Pierre Shiozawa
Un peu de publicité pour un ami et jeune artiste de talent, Jun-Pierre Shiozawa. J'ai eu l'occasion de faire un tour à la gallerie d'art Kamchatka à Paris où il expose actuellement ses oeuvres et j'ai trouvé ses oeuvres inspirantes et d'une grande fraîcheur. Beaucoup de ses toiles ont déjà trouvé preneur, mais si vous êtes amateurs d'art et que vous voulez encourager un jeune artiste talentueux, voici les détails de l'exposition:

Du 1er Novembre au 22 Novembre 2005
mardi-samedi : 11h-19h30
Galerie Kamchatka
23, rue Charles V -- 75004 Paris
métro: St. Paul, Bastille et Sully-Morland

tel: 01 42 71 22 59
mail: info@kamchatka.fr

lundi 14 novembre 2005

Quelques photos à Paris

Viaduc de Passy
Finalement, j'ai tout pour rester connecté durant mon séjour en France. Voici quelques photos prises en ces premiers jours en Gaulle!
Photos en France

A bientôt

dimanche 6 novembre 2005

La gueule de bois de la France

Dominique de Villepin & Jacques Chirac
Les émeutes en banlieues de Paris dites sensibles n'ont finalement réveillé le sommet de l'État français que lorsque les violences ont commencé à toucher des quartiers «réguliers» à Paris et des villes de la province française. A croire que les autorités françaises se souciaient moins des émeutiers tant et autant qu'ils limitaient leurs méfaits aux quartiers pauvres.

Aucune personne sensée ne peut se réjouir de cette situation qui ne fait que plonger encore plus dans la précarité une classe sociale déjà fragile. Mais il se peut que ces émeutes aient quelque chose de salutaire si elles permettent un réveil en France aux problèmes d'une frange importante de sa société.

La France, une société des discriminations;
Cette affirmation ne veut pas dire que tous les français sont racistes, mais que l'organisation sociale de ce pays est basée sur une discrimination sociale entre citoyens. Déjà entre français dits «de souche», un élitisme économique, social et politique qui favorise les personnes issues de la classe bourgeoise, aussi bien de droite que de gauche. Pour s'en convaincre, il suffit de scruter le sommet de l'État français et les personnalités qui le constituent. Renaud chantait dans Hexagone il y a une trentaine d'années que la France est en fait une monarchie et que la Révolution de 1789 n'a au fond rien changé par rapport aux classes sociales.

La France, un pays de non-droit;
Car malgré toute un arsenal juridique contre les différentes discriminations, l'application des lois est loin de suivre les textes et être à la hauteur du faussé qui s'est creusé entre la France dite «d'en bas» et celle de la majorité. C'est que la société française s'ingénie à trouver réponse à tout avec le mot magique de la «République». Statistiques sur l'accès à l'emploi des minorités ethniques? Jamais, c'est contraire à «l'Esprit Républicain», c'est en effet bien commode pour garder les problèmes dans l'ombre. Sacrés Français!

La xénophobie, un vieux mal français;
60 ans en arrière en donnent la plus extrême des illustrations. Les français de confession juive ont vite été considérés comme individus indésirables indignes de la citoyenneté française, ne correspondant pas à la définition «blanche catholique» du français moyen. L'État français s'est même empressé de mobiliser sa Police pour aider à la déportation des juifs vers les camps de la mort nazis.

Quel est le lien avec les événements des derniers jours? Simplement la capacité incroyable de la majorité de la société de française de considérer comme «étranger» tout citoyen qui peut lui rappeler la diversité sociale et ethnique du son pays, et éventuellement de lui dénier de facto le droit à év0luer et réussir socialement. Et pour ceux qui pensent que le fascisme est un lointain souvenir en France, il faudra se rappeler que c'est un des rares pays occidentaux qui a eu un fasciste, J-M Le Pen, comme second à des élections présidentielles en 2002!

Pour terminer;
Les violences et dégradations des derniers jours auront fait plus de mal aux habitants des quartiers pauvres qu'au reste de la société française, mais au moins la France calmera ses ardeurs et son arrogance quand elle voudra donner des leçons au reste du Monde en matière d'Égalité! La réalité a bien rattrapé le «Mythe Républicain» de ce pays.

A bon entendeur...

samedi 5 novembre 2005

Film: Jarhead (de Sam Mendes)

Jarhead (poster)
Opinion ★★
Petite déception après le visionnement de Jarhead, le dernier film du réalisateur Sam Mendes (American Beauty, Road to Perdition) qui adapte à l'écran le récit d'un ancien Marine, Anthony Swofford, qui a participé à l'opération Desert Storm au début des années 1990.

Déception car le film aborde le sujet par le bout de la lorgnette. En d'autres termes, j'en ai rien à cirer que des Marines aient perdu leurs copines durant leur séjour doré en Arabie Saoudite, il y avait des milliers de morts irakiens de l'autre coté de la frontière.

Un des rares moments émouvants est quand le personnage principal, Swofford (Jake Gyllenhaal), découvre les corps calcinés de civils irakiens bombardés par l'aviation américaine. Il y avait du potentiel dans cette histoire, mais Mendes n'a apparemment pas voulu (ou osé?) aller trop loin.

Un des rares films sur cette guerre et que j'aime beaucoup pour son ton, sa profondeur et sa distribution, Three Kings, réalisé en 1999 par David Russell, avec George Clooney, Mark Wahlberg et Ice Cube.

Film: Le complexe du pouce...


Opinion ★★
Un autre film sur l'adolescence prenait l'affiche il y a quelques semaines, il s'agit de Thumbsucker, littéralement «Qui suce son pouce».

Justin (Lou Pucci) est un adolescent timide qui a du mal à se concentrer sur ce qu'il fait. Il a la mauvaise habitude de sucer son pouce quand il est stressé. Cette manie exaspère son père Mike (Vincent D'Onofrio) ancien sportif qui est plutôt «vieille école» dans l'éducation qu'il veut donner à ses enfants. La mère de Justin, Audrey (Tilda Swinton), quant à elle est plus compréhensive et essaie de trouver les raisons des problèmes de son fils.

D'autres personnages singuliers se greffent à l'histoire dans l'entourage de Justin, comme son dentiste Perry (Keanu Reeves) ou encore un de ses professeurs d'école, Mr. Geary, joué merveilleusement par Vince Vaughn.

L'ambiance du film est intimiste et la bande originale du regretté Elliott Smith y contribue beaucoup. En plus de la qualité de la distribution des acteurs, beaucoup d'éléments intéressants dans la mise en scène, mais il manquait ce «je ne sais quoi» pour en faire un excellent film. Intéressant pour les curieux cinéphiles.


mardi 1 novembre 2005

Gomery, Libéraux et le blocage du Bloc

En ce 1er novembre, le juge John Gomery vient de rendre son rapport sur le scandale des commandites qui a provoqué un séisme politique depuis deux ans au Canada, et qui a mené à un gouvernement minoritaire libéral aux dernières élections fédérales. En somme, les conclusions pointent les accusations vers l'ancien premier ministre Jean Chrétien et son cabinet libéral.

Politiquement, le pays est dans un blocage avec des demi-mesures et des effets d'annonce par le gouvernement de Paul Martin, qui tente de courtiser tout le monde au pays en prévision des élections qui seront probablement déclenchées au printemps prochain.

Il serait naïf, pour ne pas utiliser un autre mot, de croire que Paul Martin, ministre des finances à l'époque du dit programme, n'eût rien remarqué, et pour cause: il s'agissait d'une enveloppe de plusieurs centaines de millions de dollars! De deux choses l'une: il est rentré dans le rang et fermé les yeux sur les programme, ou comme il le prétend, il n'a rien vu passer, ce qui serait pire car ça serait signe d'incompétence.

D'un point de vue politique, ma plus grande frustration va vers le Bloc Québécois qui se retrouve finalement l'allié objectif des libéraux depuis sa création. En effet, de par le poids démographique, le Québec reste une des clés de réussite pour prendre le pouvoir à Ottawa. Or dans la province, et depuis l'apparition du Bloc au début des années 1990, l'alternance aux élections fédérales se fait uniquement entre libéraux et bloquistes, les conservateurs ayant du mal à percer dans ce coin du pays.

Il n'y a qu'au Québec où on peut trouver assez d'imbéciles pour voter pour un parti qui n'a d'autre prétention que de bloquer le parlement fédéral, en attendant une séparation utopiste. Entre temps, les libéraux se pavanent car ils savent qu'ils peuvent compter sur le Bloc pour continuer à faire comme si le Canada leur appartient.

Voilà pourquoi je dis à M. Gilles Duceppe: d'aller se faire voir ailleurs avec sa démagogie de merde! L'indépendance du Québec ne peut se faire qu'à travers un référendum dans la province, et le seul rôle politique que joue le Bloc actuellement est d'ouvrir la porte pour un énième mandat pour les libéraux.

A bon entendeur...