jeudi 23 novembre 2006

Film: Casino Royale, l'original Bond

Casino RoyaleOpinion ★★
Je l'avoue, j'ai fini par commettre l'impardonnable: pour la première fois de ma vie je suis allé voir un James Bond au cinéma. En fait, c'est la première fois que j'ai regardé un James Bond du début à la fin!

La raison? Tout simplement la stupidité des adaptations au cinéma du héros de Ian Fleming jusqu'à présent que résument parfaitement les parodies Austin Powers: des "méchants" invraisemblables, des gadgets qui frôlent le ridicule, sans parler des répliques de séduction auxquelles seules des femmes d'un Q.I. de 2 pourraient réagir.

Eva GreenVous l'aurez compris, rien ne me prédestinait à aller voir Casino Royale, sauf deux choses: Paul Haggis qui a écrit le scénario, et qui accumule les projets ces derniers temps à Hollywood, et Daniel Craig (James Bond) dont j'ai apprécié l'excellente interprétation dans dans Layer Cake et Munich.

Le résultat fut à la mesure de mes attentes: un James Bond plus sombre, humain qui commet des erreurs. L'histoire est bien construite entre une bonne intrigue et de l'action est axée sur le combat de rue que les gadgets électroniques, et du sarcasme dans les dialogues entre Bond et Vesper Lynd interprétée par la belle Eva Green (Kingdom of Heaven, The Dreamers).

Certains diront que le James Bond version 2006 rejoint la réalité de l'après 11 septembre 2001, dans laquelle l'espionnage de l'époque anti-soviétique ne correspond plus aux menaces terroristes d'aujourd'hui où le renseignement humain serait être la clé de la réussite.

Quoi dire de plus, allez-y, un excellent divertissement qui tranche avec les précédents Bond. Si j'ai apprécié ce James Bond, c'est que vous pourrez aussi.

Daniel Craig

mardi 14 novembre 2006

Film: Stranger Than Fiction, The Last Kiss

Stranger Than FictionWill Ferrell confirme dans Stranger Than Fiction son talent d'acteur en plus d'être un comique à succès. il joue le rôle d'Harold Crick, un fonctionnaire des impôts qui s'occupe des audits fiscaux, une vie réglée au millimètre, assez "ennuyeuse".

Les choses commencent à devenir intéressantes lorsque Harold commence à entendre la voix d'une narratrice (Emma Thompson) qui décrit chaque geste de sa vie avec une précision déconcertante.

Il se rend compte qu'il est le personnage d'un roman dont la fin est plutôt fâcheuse pour lui. Il cherche à changer le cours des évènements et retrouver la narratrice pour lui révéler la réalité de son existence et surtout la convaincre de modifier la fin du roman. Tragique-comédie mise en scène et interprétée avec talent par une excellente distribution incluant Dustin Hoffman, Maggie Gyllenhaal et Queen Latifah. Un très bon divertissement.


The Last Kiss
Reprise du film italien L'Ultimo Bacio, The Last Kiss est une version plus lisse de l'original. Je suis resté un peu déçu du film qui n'est mauvais ni bon, surtout que c'est Paul Haggis qui a adapté le scénario pour cette version américaine. Ça aurait pu être mieux avec un Zach Braff qui tire son épingle du film.