samedi 29 juillet 2006

Film: Miami Vice, plus de 20 ans après

Miami Vice (poster)
Opinion ★★
«Attention, cette chronique manque d'objectivité»
Et pour cause, Miami Vice, ou Deux flics à Miami pour la version française, est un de mes souvenirs télévisuels les plus marquants.

Vous pouvez aisément devinez que la nostalgie est un élément important de mon appréciation du film, et je suis certain que ce fût l'élément marketing le plus important pour les producteurs du film.

La série Miami Vice a été pendant près de cinq ans, de 1984 à 1989 un phénomène de culture pop important. Un savant mélange de belles autos, de belles femmes, deux policiers, sapés comme des stars et infiltrés dans le milieu de trafic de drogue de Miami. Le tout était tourné dans un style plus de cinéma que de série TV. Les bandes originales des épisodes en faisaient parfois presque des clips vidéos de Phil Collins.

Ce fût le duo Don Johnson et Philip Michal Thomas qui interprétaient les personnages de Sonny Crockett et Ricardo Tubbs.
Mais pourquoi donc tant de succès? C'est qu'à l'époque, je m'en souviens, c'était nouveau car ça sortait du cliché «propre» des policiers qui fonctionnent à la lettre de la loi. Une certaine touche de «réalisme» aussi avec des trafiquants qui s'en sortaient souvent grâce à leur argent et la débrouillardise de leurs avocats.
Miami Vice (TV); Philip Michal Thomas & Don Johnson
Pour revenir au film, c'est le producteur de la série TV de l'époque, Michael Mann qui reprend sa caméra HD et Jamie Foxx de son excellent dernier polar Collatoral. Rajoutez Collin Farrell, et vous avez le duo Crockett-Tubbs reconstitué.
Miami Vice: Jamie Foxx & Collin Farrell
Le film reprend la recette qui a fait le succès de la série: belles autos, des bateaux rapides, des belles femmes, du sexe, de la drogue et des dialogues tranchants, parfois clichés et surtout, beaucoup, beaucoup d'action. La chanson phare du film est une reprise du succès Numb de Linkin Park par Jay-Z.

Nostalgiques des années 80s, allez voir, les autres, allez-y pour deux heures de pur spectacle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire